Le jeu « S’prit critique & S’team de soi » : une création de #profdoc

Perrine Chambaud, Marine Lucas et Isabelle Lapray, professeures documentalistes sont les créatrices du jeu « S’prit critique & S’team de soi », un jeu de réflexion et de stratégie qui simule un réseau social fictif sur lequel les joueurs publient et interagissent. Elles ont accepté de nous en dire un peu plus sur la genèse de ce jeu et ses objectifs…

Biographies professionnelles

Marine Lucas

Je suis Marine Lucas, professeure documentaliste depuis 4 ans au collège Justin Catayée, à Cayenne. Après des études d’histoire et d’anthropologie, j’ai travaillé dans le milieu associatif et voyagé avant de découvrir le métier de professeur documentaliste et d’obtenir le CAPES en 2015. Issue du milieu de l’éducation populaire et de l’animation, j’utilise régulièrement  les méthodes actives et l’apprentissage par le jeu. J’aime aussi prendre le temps de réfléchir à mes pratiques pédagogiques.

Isabelle Lapray

Je suis Isabelle Lapray, professeure documentaliste depuis 5 ans au lycée professionnel Jean-Marie Michotte à Cayenne. Après des études de tourisme, j’ai été responsable d’une agence de tourisme réceptif puis professeur de BTS Tourisme en Guyane (CAPET Tourisme en 2005) avant d’obtenir le CAPES de Documentation en 2015. J’apprécie la discipline de la Documentation pour ce qu’elle offre en particulier : une liberté pédagogique moins contrainte, plus innovante que dans une discipline “classique”, une démarche par projets favorisant les pratiques collaboratives. Je n’étais pas particulièrement joueuse à titre privé et stimulée par mes deux partenaires, j’ai vécu cette expérience inédite comme un défi à relever, une aventure humaine permettant une remise en cause de ses acquis et de ses pratiques.

Perrine Chambaud

Je suis Perrine Chambaud, professeure documentaliste au lycée Diadème Te Tara o Mai’ao de Tahiti depuis Août 2020. J’ai toujours aimé travailler en projets, et les valoriser. Sortir des sentiers battus, innover, se remettre en question, se renouveler pour rester en mouvement, notre métier nous permet une variété sans fin de dispositifs et propositions pédagogiques. Nos missions alliant pédagogie, animation, culture et gestion nous facilitent l’accès global aux propositions éducatives au sein de l’établissement.

Mon expérience en Guyane, chargée de la coordination académique en Documentation m’a permis d’avoir une vision globale de la profession et de découvrir la richesse des expériences combinées. Je suis une fervente partisane de la mutualisation.

J’ai toujours aimé jouer dans la sphère privée, mais la participation aux TraAM (travaux académiques mutualisés) de 2017 à 2020 a été une expérience nouvelle dans ce qu’elle m’a apportée sur la réflexion autour de nouvelles pratiques mais aussi les expérimentations sur le terrain. La valorisation des projets faite au niveau national équivaut à une reconnaissance du travail accompli. Je suis fière d’avoir participé à ce projet avec mes collaboratrices.

Au lancement du projet, nous nous connaissions peu, nous avons appris à nous apprécier et à travailler ensemble.

  • Marine, perfectionniste, réfléchie et experte des contenus en SIC ;
  • Isabelle, inspirée, attentive aux questions juridiques et vigilante à l’esthétique ;
  • Perrine, organisée, dynamique et en charge de la valorisation et la communication ;

Nos personnalités très complémentaires nous ont permis d’apporter originalité et créativité ; nos profils et parcours variés d’éclairer de manière exhaustive les différents aspects du jeu ; notre motivation et énergie d’aller jusqu’au bout de ce projet. Nous avons toujours su prendre le relais lorsque l’une de nous se mettait en retrait face à une forme de saturation et laisser le temps de la respiration lorsque cela était nécessaire.

Le projet

S’prit critique & S’team de soi est un jeu de réflexion et de stratégie simulant un réseau social fictif sur lequel des adolescents publient et interagissent.

Pour remplir son fil d’actualité, chaque joueur devra choisir avec soin parmi ses cartes le contenu qu’il postera et qui lui rapportera le plus de likes.

Mais attention ! Partager des Posts inappropriés ou faux risque de faire chuter son baromètre d’esprit critique … Vie quotidienne, actualités, vie privée, harcèlement : il sera nécessaire de bien réfléchir à chacune des situations avant de décider de la publier. Il ne faudra pas uniquement faire confiance à son esprit d’analyse : sur les réseaux, on se montre, on se regarde, on interagit. Les réactions des autres joueurs à ses publications joueront sur le baromètre d’estime de soi, surtout si la carte « Emotion » piochée en début de tour par le joueur le rend d’humeur maussade … Il s’agira alors d’être stratégique et de bien choisir ce que l’on montre… ou pas !

Genèse du jeu

Lors d’une journée de formation à l’esprit critique organisée par l’atelier Canopé de Guyane en novembre 2017[1], il nous a été demandé de créer un scénario pédagogique en atelier. L’idée d’un jeu de plateau parlant des réseaux sociaux a rapidement émergé dans notre groupe de travail et nous en avons ébauché les objectifs. Très vite, après la présentation orale, nous nous sommes lancées le défi de continuer à travailler sur la conception de ce jeu pour pouvoir l’utiliser dans nos établissements. Nous pensions alors que cela nous prendrait quelques heures de travail et ne savions pas encore quelle aventure cela allait devenir !

Première version du jeu

Dans un premier temps, il a fallu réfléchir aux mécanismes du jeu, affiner les différentes étapes, clarifier les règles, les objectifs, le déroulé. De nombreux tâtonnements ont jalonné cette première phase. La principale difficulté était de réussir à concevoir un jeu qui soit pertinent d’un point de vue pédagogique tout en offrant une certaine jouabilité et en restant ludique. Nous nous sommes également posé beaucoup de questions lors de la conception cartes “Post”. Le jeu, et notamment l’attribution des points d’esprit critique, ne nous faisait-il pas tomber dans une vision trop moralisatrice des réseaux sociaux ? Comment choisir des situations suffisamment variées, réalistes mais en même temps compréhensibles par tous, du collège au lycée ? D’autres interrogations, nombreuses, ont jalonné notre travail jusqu’à la fin.

Rapidement une version bêta a vu le jour, les baromètres ont été réalisés par une élève du lycée Damas, nous nous sommes réparties la création des cartes conçues sommairement sur Publisher. Nous intervenions au fur et à mesure sur le travail de chacune afin de progresser dans la réalisation concrète d’un jeu qui pourrait rapidement être testé.

Après des premiers tests concluants, au vu de l’importance du travail engagé et de notre motivation encore à peu près intacte, nous avons souhaité mutualiser et diffuser largement le jeu auprès de nos collègues. Mais pour cela, il nous fallait encore travailler sur la forme, afin de passer d’une version bricolée au logiciel de photomontage et à la plastifieuse à une version plus aboutie. Nous étions convaincues de l’importance de l’esthétique pour faciliter la compréhension et donner envie de jouer. 

Nous avons donc pris contact au début de l’année 2018 avec une graphiste, Bénédicte Sauvage, et déposé en parallèle un dossier de demande de financement auprès de la Cardie Guyane afin de produire nos premières boîtes de jeu. Avec cette échéance de finalisation, nous avons travaillé une nouvelle année sur les ajustements et les relectures des propositions graphiques de Bénédicte.

Nous nous sommes vite aperçues qu’en plus de la forme, il nous faudrait encore passer beaucoup de temps sur la rédaction du livret du maître du jeu. Même si pour nous le jeu était finalisé, il y a entre le travail de conception et l’éditorialisation finale, tout un monde d’écriture, de reformulations, d’atermoiements sur la ponctuation, dont nous n’étions pas forcément conscientes de prime abord. Le confinement nous a permis de tenir nos échéances.

Le salon du numérique éducatif Guyanum en Octobre 2019 dans lequel nous tenions un stand nous a permis d’expérimenter et de valider les derniers changements. Nous avons eu un public d’élèves de la 5ème au Post Bac, nous avons répété des dizaines de fois les règles du jeu pour démarrer les parties, et nous avons pu observer le déroulement de mini parties pendant deux jours.Ce qui a été très bénéfique pour déceler les dernières incohérences et incompréhensions.

Stand Guyanum, Saint-Laurent-du-Maroni, 17 octobre 2019

Enfin, en Juin 2020 nous validions les derniers fichiers auprès de notre graphiste, avant l’envoi à l’impression.

Les coulisses et les secrets de fabrication du jeu

Nous avons souvent débattu sur des questions de fond et de forme, en trouvant toujours des solutions et des consensus. Parfois l’on ne se comprenait pas, de temps en temps nous n’étions pas d’accord, il a fallu souvent le temps de la réflexion, et le fait d’être trois a permis d’équilibrer les différentes décisions et de prendre le relais en cas de démotivation. Nous avons aussi sollicité de nombreux regards extérieurs, proches, collègues, spécialistes ès EMI ou jeux de société, afin de pouvoir progresser dans notre travail.

Le suspense était bien là quand nous découvrions les fichiers de Bénédicte, nous avons été déçues au début du travail, il a fallu apprendre à se connaître et à lire dans nos attentes, mais quelle fierté quand cela correspondait de manière professionnelle à nos désirs.

Première version de la carte 1 VS Version finale

Nous avons beaucoup travaillé avec des outils d’écriture collaborative, les différentes versions se sont enchaînées les unes aux autres, avec des lectures, relectures, commentaires, annotations, rectifications pour avancer pas à pas dans la création de ce support pédagogique.

Nous nous sommes souvent réparties les tâches, et pour le suivi, nous avons un groupe whatsapp, qui égrenne nos doutes, nos avancées, nos questionnements, nos longs messages audios de synthèse ou de reformulation, d’atermoiements, pour terminer sur des prises de décision irrévocables …parfois remises en cause par la suite !

Nous nous retrouvions chez les unes et les autres, avec goûter et/ou apéro, une fois par période avec un ordre du jour afin de pouvoir acter les modifications intermédiaires et se répartir la suite du travail.

Sans aucune pression, nous avons chacune avancé à notre rythme, en fonction de nos contraintes personnelles et professionnelles. Nous avons toutes appris et acquis de nouvelles compétences lors de ce projet : en EMI, en pédagogie, en manipulation de divers outils numériques, en graphisme, en gestion du travail avec un prestataire extérieur, en communication etc. Nous avons aussi appris que le principal secret pour fabriquer et éditer un jeu, c’est d’y passer beaucoup, beaucoup de temps .

La phase de valorisation, avant même de tenir le jeu entre nos mains, nous a permis d’avoir plusieurs retours positifs de la part de nos collègues qui se sont concrétisés par de nombreux téléchargements des fichiers dans le cadre de séances d’EMI et SNT.

Nous avons connu une grande joie et satisfaction à la sortie de l’article dans InterCDI (Sept-Oct 2019) et de découvrir que le jeu faisait également partie du corpus documentaire de la session 2020 du capes externe. C’est une expérience unique d’être à la naissance d’une création originale, de participer au processus de conception, d’assister ensuite à la reconnaissance de ses pairs et à l’utilisation de sa production dans des environnements pédagogiques différents.

Avant même d’avoir finalisé cette première version, nous pensions déjà aux possibilités d’extension. Nourries par l’actualité, nous avons décelé des manques sur les situations. La possibilité infinie de pouvoir abonder les cartes situations nous offre encore de belles heures de travail, de réflexion, de mutualisation et nous espérons pouvoir proposer à court terme une version enrichie du jeu…

Nous continuons de faire vivre ce projet en répondant aux mails et aux questions, en le valorisant sur différents sites et publications, en travaillant à la conception de supports pédagogiques à venir comme tutoriel vidéo, scénario pédagogique et support de formation.

jeuspritcritique[at]mailo.com

Pour découvrir le projet :


[1] https://doc.dis.ac-guyane.fr/Stage-Developper-l-esprit-critique.html

Une réflexion sur “Le jeu « S’prit critique & S’team de soi » : une création de #profdoc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s