Histoire numérique de la documentation (épisode 5)

2005 : entre loi d’orientation, politiques documentaires et ENT…

En mai 2004, est remis le rapport de Jean-Louis Durpaire : « Les politiques documentaires des établissements scolaires ». Ce rapport préconise entre autres une nouvelle circulaire de missions des professeurs documentalistes (qui ne viendra qu’en mars 2017) avec 4 missions principales :

  • pilotage : contribuer à la définition de la politique documentaire de l’établissement, organiser les ressources documentaires de l’établissement (centre de ressources, réseau de ressources), définir et faire évoluer le système d’information de l’établissement ; ‰
  • mise à disposition : mettre les ressources documentaires à disposition de toute la communauté éducative, contribuer à l’alimentation du système d’information ; ‰
  • formation : contribuer à la formation des usagers, collaborer à l’évolution des demandes pédagogiques de façon à ce que les ressources documentaires soient mieux intégrées ; être un acteur des nouveaux processus de formation qui font appel à des équipes enseignantes ; sensibiliser tous les membres de la communauté éducative à l’importance de l’information dans la société ; ‰
  • ouverture:contribuer à l’ouverture de l’établissement sur son environnement dans ses dimensions technologiques, professionnelles (orientation des élèves) et culturelles.

En conclusion de ce rapport, on trouve :

Appelée par nombre de documentalistes comme élément structurant de leur action, la politique documentaire des établissements scolaires est à construire. (…)

L’affirmation de la qualité de formateur du documentaliste, membre à part entière de l’équipe enseignante, a été soulignée et doit continuer à l’être ; mais, il faut tout autant insister sur le rôle du documentaliste, professionnel de la documentation et de l’information, en matière d’organisation des ressources documentaires de l’établissement, de leur mise à disposition à l’ensemble de la communauté éducative et donc, sur son rôle de conseil du chef d’établissement et de pilote dans ce secteur.

Les publications contemporaines à ce rapport, que l’on retrouve dans les archives du site Éduscol Documentation, évoquent régulièrement ces notions :

  • questions sur la mise en œuvre des politiques documentaires
  • questions sur l’évaluation de ces politiques documentaires avec les différents indicateurs (acquisitions, équipement, gestion, formation, communication)

Les ENT à leurs balbutiements

Les deux éléments qui retiennent l’attention dans les publications de ces années là sont :

  • le projet de loi d’orientation pour l’avenir de l’école, avec une place accrue du numérique (ce qui s’appelle encore TICE, avec le B2i et le C2i) et de la documentation (politique documentaire, compétences informationnelles)
  • les expérimentations d’ENT qui se mettent en place

Voici les définitions et l’état des lieux qui sont faits en 2005 :

Définition générale d’un ENT

  • L’ENT est un portail, accessible par l’internet.
  • Il offre un point d’entrée unique à un espace personnalisé, avec un seul mot de passe.
  • Depuis son espace personnalisé, l’utilisateur a un accès simplifié à des services en ligne.

Depuis l’établissement, l’école, le domicile, il accède à son cahier de texte, carnet d’adresses, manuels, cours.

L’ENT fédérateur

L’ENT fédère les acteurs de la communauté éducative : élèves- parents – professeurs – équpe de direction – personnel administratif – fournisseurs publics et privés – rectorat – collectivités locales

Historique du projet ENT

  • Premières expérimentations (2000-2001)
  • Lancement du projet ENT (décembre 2001)
  • Appel à commentaires Schéma directeur des ENT (mars 2003)
  • Appel à projet MEN/CDC/DATAR volet 1 (2ème trimestre 2003)
  • Appel à projet volet 2 (3ème trimestre 2003)
  • Conventions entre les porteurs de projets, le MEN et la Caisse des Dépôts et Consignations (3ème trimestre 2003 – Début 2004)
  • Schéma directeur des ENT V1 (janvier 2004)
  • Phase de déploiement expérimental (2004)

Fin 2004, les ENT ne concernent encore que 25 écoles, 49 lycées et 49 collèges. On est loin de la continuité pédagogique…

Et pourtant, c’est la thématique des ENT qui sera abordée par les TraAM Documentation en 2007-2008 : « Usage des services en ligne et des ressources numériques dans les ENT », puis poursuivie jusqu’en 2010 avec la thématique « Usages et apports de ressources et de services en ligne »

L’accent durant ces 3 années de travail est mis sur la mise à disposition de ressources, la veille informationnelle, et l’articulation avec un portail documentaire.

La politique documentaire au CAPES

La politique documentaire fait partie intégrante des épreuves du CAPES externe de documentation, avec en épreuve d’admissibilité l’étude d’un sujet de politique documentaire (la fameuse épreuve sur dossier)

En 2021 pour la dernière session de cette épreuve sous son ancienne mouture, le sujet se présentait ainsi :

Cette épreuve est remplacée pour la session 2022 par une « épreuve disciplinaire appliquée » où la politique documentaire apparaît prendre une nouvelle importance :

Ainsi, si l’on se réfère à l’intitulé de l’épreuve de politique documentaire en 2020 :

à partir des sujets zéro « Éduquer à l’esprit critique (dans une société de l’information) » qui ont été proposés sur le site Devenir enseignant, on peut voir concrètement l’évolution de cette épreuve et ce qui peut être demandé aux candidats :

Les documents proposés restent pour la plupart des documents

  • soit institutionnels
  • soit scientifiques / réflexifs
  • soit professionnels (scénarios pédagogiques)

mais s’ajoutent à cette liste (sur un dossier comportant toujours une douzaine de documents) trois documents présentant la situation de l’établissement qui figure dans le sujet avec notamment des indicateurs, des extraits de projets d’établissement et des présentations du CDI.

La partie 2 de cette épreuve disciplinaire appliquée, qui permet au candidat de présenter ce volet de politique documentaire, s’appuie sur les attendus suivants :

Politique documentaire : ressources

Un site dédié à la politique documentaire

Pour prolonger cette question de la politique documentaire, nous vous renvoyons vers le site des professeurs documentalistes de Limoges, qui propose trois articles datant de 2018 :

et qui fait le lien vers le site de Maëlle Charpentier, formatrice INSPÉ : « Concevoir une politique documentaire en établissement scolaire »

http://cdipoldoc.fr/category/concevoir-une-politique-documentaire/

Sur son site, Maëlle Charpentier rappelle notamment les axes principaux de cette politique documentaire :

  • Formation à la culture informationnelle (formation des élèves, partenariats, dispositifs dont EPI, AP, parcours, TPE… ; formation des personnels), dynamique des projets (incitation à la lecture, animations, ouverture culturelle).
  • Constitution du fonds documentaire (état des collections, politique d’acquisition, statistiques de prêts…).
  • Accès aux espaces et aux ressources (accès au CDI, en étude, documents dans les salles de cours et labos, accès aux ressources numériques, réservation matériels et salle info).
  • Diffusion de l’information administrative et pédagogique → communication (en interne et à destination des familles et du grand public), veille.
  • Mais d‘autres axes sont possibles selon les caractéristiques des établissements…

Réflexion sur la politique documentaire : un document ressource pour sa mise en œuvre

Ce document récent a été publiée sur le site des professeurs documentalistes de l’académie de Versailles. Il revient sur les essentiels à retenir concernant cette notion et ses mises en pratique :

Réflexion sur la politique documentaire : un exemple de présentation

Réalisé par Sandrine Duquenne, professeure documentaliste au lycée Émilie de Breteuil de Montigny-Le-Bretonneux, ce document permet de présenter à l’ensemble de l’équipe éducative les objectifs d’une politique documentaire en établissement :

Retour d’expérience sur la mise en œuvre d’une politique documentaire en EPLE

Edwige Touche, professeure documentaliste au collège Les Bons raisins de Reuil-Malmaison, a bien voulu nous partager son expérience.

Comment je l’appréhende ?

J’ai commencé à m’intéresser à la politique documentaire lorsque je travaillais en bibliothèque universitaire, avant de passer le CAPES externe de documentation. Le document était alors en cours de réécriture et j’avais trouvé les possibilités qu’il offrait très intéressantes. J’ai continué à m’y intéresser en lisant les textes de références sur la question, à regarder comment les autres bibliothèques universitaires s’emparaient de ce sujet.

Ce qui a retenu mon attention, c’est le regard systémique que cela permet d’avoir ainsi que la projection sur plusieurs années ; en plus de réfléchir à des enjeux liés aux usagers afin de proposer des pistes d’améliorations.

Depuis que je suis en poste dans un établissement scolaire, c’est un document que je considère comme déterminant dans l’exercice de mes missions, voire indispensable. Il permet véritablement de cerner les enjeux documentaires et informationnels d’un établissement scolaire tout en tentant de trouver des pistes pour y répondre, les améliorer, les perfectionner. Il offre également la possibilité de rendre lisible et visible certaines de nos actions et ainsi, par la même occasion, de (ré)interroger la place d’un environnement informationnel dans un établissement scolaire.

Comment je la mets en œuvre ?

Je suis en poste au collège Les Bons Raisins de Rueil Malmaison (92) depuis sept ans maintenant. A mon arrivée dans l’établissement en septembre 2015, j’ai constaté qu’il n’y avait pas de politique documentaire et informationnelle, tout comme il y avait peu d’usages de l’environnement informationnel aussi bien par les membres de la communauté éducative que par les élèves.

J’ai donc consacré ma première année à établir une analyse du contexte de l’établissement, à étudier comment le CDI s’inscrivait dans le quotidien de l’élève, à recueillir des indicateurs sur les pratiques des élèves et des collègues, à échanger avec les différents membres de la communauté éducative et pédagogique, sans oublier les partenaires géographiquement proches de l’établissement.

Dans un même mouvement, j’ai également réaménagé et restructuré le CDI et ses collections afin de redéfinir les différents espaces offerts à l’élève dans son quotidien et mettre en adéquation les collections physiques avec la base documentaire puisque j’avais repéré plusieurs anomalies.

Le projet d’établissement était en réécriture au cours de l’année scolaire de mon arrivée, c’est donc tout naturellement que j’ai pris part à sa refonte en tant que membre du groupe de pilotage qui avait été constitué par l’équipe de direction. Une fois le nouveau projet d’établissement achevé, j’ai sollicité l’équipe de direction pour, au cours d’une réunion, leur présenter mon souhait de conduire la mise en œuvre d’une politique documentaire pour l’établissement. Il a conjointement été décidé de démarrer le travail sur le projet de politique documentaire l’année suivante, soit en septembre 2016.

En mettant en œuvre une politique documentaire, je cherchais à répondre à un contexte d’exercice qui était en mutations puisque nous étions, en parallèle, en train de travailler au déploiement de la réforme de la scolarité obligatoire en septembre 2016. Des pratiques pédagogiques telles que l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité ou encore l’enseignement par compétences se trouvaient amplifiées ; sans oublier une plus grande place accordée à l’Éducation aux Médias et à l’Information.

Ainsi, une double problématique était comprise dans cette réflexion :

  • Une problématique d’équipe : comment harmoniser les pratiques informationnelles des élèves et garantir, pour chaque niveau, une acquisition de notions info-documentaire identique ?
  • Une problématique professionnelle : de quelle(s) manière(s) favoriser un usage de l’espace informationnel, auprès de tous, qui réponde aux exigences de chacun ?

Trois conseils pédagogiques ont été nécessaires pour aboutir au projet de politique documentaire et informationnelle, qui a été présenté et soumis au vote du conseil d’administration en fin d’année scolaire. Le calendrier interactif ci-dessous détaille les grandes étapes du travail mené collectivement par le groupe de pilotage :

Depuis septembre 2017, le projet de politique documentaire et informationnelle est annexé au projet d’établissement et est remis à chaque nouveau collègue qui rejoint l’équipe. La force de ce document est d’être devenu un outil de travail de l’équipe pédagogique de l’établissement, notamment parce qu’il contient deux progressions communes pour l’EMI en cycle 3 et en cycle 4. Ainsi, les collègues disposent de repères notionnels et évaluatifs concernant les compétences en EMI afin de pouvoir les mettre en œuvre dans leur enseignement.

Le projet est actuellement en cours de réécriture puisqu’il est arrivé à son terme en juin 2020. La pandémie a retardé sa réécriture puisqu’il a tout d’abord fallu laisser la place à la refonte du projet d’établissement. C’est chose faite depuis juin dernier, donc je vais pouvoir m’atteler au nouveau projet de politique documentaire avec le groupe de pilotage !

Comment je la transmets ?

Dans les formations que je donne, aussi bien en formation initiale, continuée ou continue, j’invite les formés à analyser des documents de contextualisation issus de leur établissement scolaire. En (ré)interrogeant les données issues du projet académique, du projet d’établissement ou encore des indicateurs extraits des progiciels documentaires, cela permet d’acquérir un regard systémique sur son environnement de travail. C’est une étape indispensable qui permet d’identifier les points forts mais aussi les axes de progression d’un environnement informationnel donné et donc, après cette analyse, de pouvoir commencer à esquisser les futurs contours de la politique documentaire. Il y a également un travail d’analyse des textes faisant autorité sur la question afin de comprendre l’historique de ce document, les enjeux et les défis qu’il peut contenir.

Ensuite, une large place est accordée à la démarche de projet permettant la mise en œuvre d’une politique documentaire : comment constituer un groupe de pilotage, quel est le calendrier à adopter, comment communiquer autour de l’élaboration du document. L’objectif est d’opérationnaliser les choses et c’est le moment du stage qui suscite le plus de questions chez les formés qui y participent. Certains ont parfois initié un travail mais sans parvenir à le finaliser de peur qu’il soit mal perçu par les collègues, d’autres se posent des questions sur la fédération de collègues dans le comité de pilotage, à quel moment solliciter le conseil d’administration de leur établissement, comment interroger les usagers pour recueillir leur avis sur le centre de documentation et d’information qu’ils fréquentent régulièrement, etc.

Pour finir, le stage se clôture sur l’aspect communicationnel et évaluatif de la démarche de projet conduisant à la mise en œuvre d’une politique documentaire. En effet, une fois que le document est rédigé, il reste à le communiquer pour le faire vivre et à l’évaluer régulièrement pour mesurer son efficience afin de garantir son adéquation avec les objectifs définis. C’est un aspect qui est indispensable mais pas toujours évident à inscrire dans la durée.

Je dirais que les actions de formation que je mène en lien avec la politique documentaire et informationnelle ont pour objectifs d’outiller les formés sur ce document, de l’idée initiale jusqu’à la communication auprès des usagers et partenaires de l’établissement. Les temps de formation sont espacés dans le temps afin de permettre un accompagnement à la mise en œuvre de la politique documentaire dans les établissements des formés.

Une réflexion sur “Histoire numérique de la documentation (épisode 5)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s